Saint-Maur Roller
Les 24 heures de la Grol Race, samedi 22 et dimanche 23 juin 2013
Accueil Vie du club Le club Calendrier Galerie photo Vidéos Liens Revue de presse Toutes les photos
Chapitre 1: le voyage et l’ installation Les 24 heures de la Grol Race, c’est en Bretagne et ça dure 48 heures...... En effet, la course débute avec Carl, Christine, Marie-Lau et Xavier dans le RER, où il faut commencer à se préparer jusqu’au bout des ongles. La course continue dans les couloirs du métro, ça monte, ça descend, ça pousse et enfin, nous arrivons à la gare Montparnasse où nous rejoignent Céline, Philippe,  Nala et Fred qui déjà reprend des forces. C’est quelle voie, le train? et en plus il est en retard! Mais où est Aurélien, impossible de le joindre sur son téléphone! Tant pis nous roulons en peloton jusqu’à l’avant du train. Ouf, Aurélien est devant la voiture . Nous nous installons tous dans le TGV, mais on est pas là pour rigoler, il faut préparer le planning de la course: Qui va rouler avec qui? qui va dormir avec qui, dans quelle tente et à quelle heure? Philippe, le spécialiste des questions s’en charge avec Christine, pendant que Fred prend de l’avance sur les nuits à venir. Un enterrement de vie de jeune fille traverse le wagon à la recherche d’un sosie du futur: un informaticien ou un Xavier. ça tombe bien! on a ça en magasin: Philippe l’informaticien et Xavier, le Xavier! Aussi, ce dernier gagne la bise de la future mariée et une assiette de coppa. Enfin, arrivée à Auray pour une nuit d’hôtel où nous retrouvons les derniers équipiers: Audrey, Solène, Laetitia et Adrien. ( pas de photos sur cette folle nuit, la censure est passée par là. Samedi matin, on est bien en Bretagne!!! Nous embarquons dans le “tire- bouchon”, c’est le train qui parcourt la presqu’île de Quiberon. On admire le paysage et le ciel! et le moral est bon. Le train nous dépose au pied du circuit, enfin presque, reste un petit kilomètre à parcourir à pied sous la pluie. Mais voici que le poissonnier  nous klaxonne et nous embarque dans sa camionnette à la place des morues et des thons. Dernier arrêt, tout le monde descend, merci chauffeur et nous reprenons la course en peloton Maintenant, il faut installer le camp: séance de lancement de tente et de plantage de sardines Il est midi, il faut penser à se restaurer; nous nous abritons sous le barnum installé en bordure de circuit. Merci à Audrey, Solène, Laetitia et Adrien pour le montage de notre abri. Au menu, cidre et kouign amann: Bientôt 15h et le début de la course,  le ciel se dégage et il faut se préparer. Chapitre 2: la course 15h c'est parti pour 24h. Le SMR est là en force avec 2 équipes : SMR vitesse avec  Audrey,  Carl,  Céline,  Christine, Fred,  Marie lau, Philippe, Xavier,  Les Croustibat avec Adrien , Aurélien  , Laëtitia,  Nala et Solène. Philippe et Solène font le départ, avec 2 tours chacun. . Puis les relais se mettent en place, certains roulent , d'autres se reposent et d'autres encore (Carl, Fred et Laëtitia) profitent de l'averse. Mais heureusement le vent est là pour les sécher. Il est  aussi là dans la montée …. 19h le repas commence, et bientôt les relais sous les tentes se mettent en place afin d'affronter la longue nuit agitée : en effet, sur la route on se fait  mouiller et on  lutte contre le vent, sous la tente, on est bercé par les bourrasques  et par les discussions plus ou moins fortes des voisins ! La nuit, les relais se font 2 par 2, il est parfois difficile de repérer son co-équipier malgré les lampes de spéléo. L'ambiance devient feutrée, le rythme ralentit. Puis le jour se lève ainsi que le soleil dans un beau ciel bleu, tous les coureurs et les spectateurs réapparaissent, la musique reprend ainsi que l'excitation. Le vent marin est plus que jamais là, et freine même les coureurs dans la descente précédant la côte, mais les heures avancent et la fin de la course arrive dans une ambiance toujours festive faisant oublier la fatigue et les douleurs. Puis c'est le dernier tour et chaque équipe peut accompagner le dernier coureur pour l'ultime tour du circuit. Bilan du week-end : Aucune chute, certains n'ont reçu aucune goutte d'eau , Marie-Lau et Philippe, la chance ! D'autres, ont essuyé toutes les averses ou presque,( Carl et Fred ). Bonne ambiance, bien mangé, mal dormi pour certains, un dos coincé mais que des bons souvenirs pour ce week end breton Le classement : L'équipe SMR vitesse est arrivée 20ème et  Croustibat 64ème sur 75