Saint-Maur Roller Accueil Vie du club Le club Calendrier Galerie photo Vidéos Liens Revue de presse
Les 6 heures de Carole, dimanche 18 mai 2014
Toutes les photos
Mais oui mais c’est bien sûr ! Le fameux circuit Carole ! Après qu’ils aient installé leurs fauteuils, le grand barnum bleu, sa bâche pour ne pas nous salir, les épingles et dossards sur les cuisses,  non sur le dos, non sur les cuisses (!), les 40 pieds des 4 équipes de SMR nous chaussent et nous font nous enfoncer dans la terre avant   de (re)découvrir cette piste de 2 055 mètres de long, où l’on va frémir tout au long des 6 prochaines heures. Maintenant qu’on y est, on s’en souvient très bien : c’est une piste de moto qui a quelques  dangereuses cicatrices sur ce mauvais goudron qui nous chatouille les roues. Nos roulements  tremblent quand on est à fond dans les descentes, on se penche au maximum sur les quarts dans  les virages et on aimerait être doté d’un meilleur moteur qu’une paire de jambes dans les montées,  surtout le faux plat montant en ligne droite avant la longue pente douce qui nous donnerait des ailes à la place des platines.
Depuis quelques temps, on devine que ça s’organise, mais d’en bas on n’entend pas tout. Où est-ce qu’on va bien pouvoir nous emmener cette fois-ci ? On a hâte, ça changera de l’entrainement à Bonneuil. Samedi soir, Perrine nous a laissés dans un coffre de voiture, mais on aperçoit Solène, en train de faire une beauté à nos amis sur le balcon, c’est bon signe, ça sent la course, on va pouvoir se dégourdir les  roulements.
Dimanche matin à 8 heures, Solène, Cécile et Carl nous réunissent tous les huit dans le coffre. Après un peu de route ils nous ressortent de là et on retrouve quelques connaissances du groupe vitesse : rollers de  Marie-Lau, Christine, Philippe, Sébastien, Xavier et Jérôme.
Ainsi que 9 paires de petits nouveaux, 2 patins qu’on a déjà vus et une paire de baskets. Sacré groupe !  Une fois de plus, Saint-Maur Roller ne fait pas les choses à moitié. Ce lieu nous dit quelque chose : une pelouse cachée derrière un muret puis une longue piste pour rouler…
Après le tour de reconnaissance, ça s’agite de partout et on aperçoit ceux de Marie-Lau qui prennent le  départ pour les 2 premiers tours. Notre paire similaire appartenant à Solène fait le tour suivant et Perrine  nous élance sur la piste pour un tour à fond  jusqu’à retrouver les chaussons bas de Cécile, qui   passeront le relais à la paire de Christine. Vue d’ici, cette équipe des 5 filles du groupe vitesse, les SMR  SPEED GIRLS, semble très bien organisée : 3 fauteuils au bord de la route, chaque tour chronométré,  tableau des temps rempli (non sans mal au début), pas de faux départ, de beaux relais à l’américaine  (sauf quand le bâton-témoin rebondit entre nous)…
Les patins de Christine sont destinés à courir bientôt 103 km d’un coup, alors ils font les tours par 3  pendant un moment pour s’entrainer à la distance. Ceux de Solène ont bien de la chance, ils ont de vraies  pauses aérées, alors que Perrine nous garde serrés sur les pieds sans relâche. On double parfois les  patins novices en compétition du club, alors qu’on se fait dépasser par ceux des garçons de la vitesse,  comme toujours. A mi-course, on s’éloigne de la piste pour aller voir les résultats… qui ne sont pas affichés cette année, il faut regarder sur Internet, mais personne n’en a le courage. Les 5 filles n’ont aucune idée de leur classement, mais nous, on sait très bien qui on double et c’est plutôt bon signe. Au fil du temps, même si on connait de mieux en mieux le terrain et qu’on arrive à se caler en peloton  derrière des inconnus, on sent bien que là-haut les cuisses fatiguent et malgré le soleil qui chauffe le  bitume et notre gomme, le vent se lève. L’ensemble ralentit notre vitesse au tour, mais on garde le moral  jusque dans les axes ! D’ici, l’organisation des derniers tours a l’air toujours aussi compliquée. Les filles tentent de calculer à la  minute près qui doit ralentir ou accélérer, qui passe quand… pour que les derniers ne fassent pas trop de  tours d’affilée en fin de course. Cette année, les patins de Christine ont l’honneur de faire 4  tours avec  ceux de Philippe pour clôturer en beauté les 6 heures. On reste bien sûr sur le bord de la piste pour  encourager tout ce petit monde jusqu’à la dernière seconde.
On nous laisse enfin respirer et prendre l’air jusque dans nos semelles avant de retourner dans le sac.  Dommage, on rate le droit de monter les marches qui servent de podium et de profiter de notre classement  en 2ème position sur 22 équipes féminines.
Ben oui quoi ?! On n’est peut-être pas les moteurs, mais on s’est quand même usé les roues et chauffé les  roulements sur la piste pour avaler 70 tours avec les copains de l’équipe ! On espère tous qu’on aura droit à  une petite dose d’huile dans les roulements pour nous récompenser !