Saint-Maur Roller Accueil Vie du club Le club Calendrier Galerie photo Vidéos Liens Revue de presse
Une journée à Auxerre Le dimanche 2 avril 2016
        
Si le PLPB voulait récupérer les adhérents du SMR, ils ne s'y prendraient pas autrement ! Ils ont convoqué leurs meilleurs agents pour nous faire passer une journée géniale parmi eux. Avant la rencontre, Serge-l'auxerrois avait déjà envoyé un superbe programme, ainsi que quelques recommandations quant à la dureté  des roues à adapter au sol (si-si !). Le jour J dès l'arrivée, les 6 courageux saint-mauriens qui se sont levés à l'aube pour venir (rien que ça) ont eu droit à un bon petit déjeuner dans le hall du gymnase. Pleins de forces, ils ont rejoint les vestiaires pour chausser les rollers  avant de s'émerveiller  en entrant dans la grande, la belle, la merveilleuse salle d'entraînement du PLPB : pas de poteau, pas de cage, pas de filet, pas de bosse, de raccord ou de racine. Juste un joli parquet lisse (peut-être même trop ?!) sur un grand espace sécurisé, entre des gradins et un beau mur d'escalade (Petite note : j'ai discuté avec le parquet, il vit très bien la cohabitation avec les roues des rollers, la gomme ne l'abîme pas.... à quand la salle verte en parquet ? A bon entendeur...). Après la découverte, place à un petit match de hockey pour s'échauffer et apprendre à apprivoiser ce fameux sol. Puis viennent les choses sérieuses :  l'entrainement de vitesse ! Pelotons, efforts (sans réconfort !), courses, relais, muscu... tout y est. Mais le groupe est de bonne volonté, auxerrois et saint- mauriens se prennent au jeu et s'appliquent tous ensemble pour suivre les conseils de Séverine. Et le réconfort ? Il arrive avec l'heure du repas. Le pique-nique est tout en gaité, grâce à la bonne entente entre les hôtes et les invités. A moins que ça ne soit le petit apéritif qu'on ne présente plus ? tout compte fait si : "le fameux ratafia de Serge". Une fois les estomacs bien remplis, nous voici repartis pour  une randonnée sur route et le long du canal Nivernais. Quelques côtes nous font transpirer mais en final tout le monde suit bien. Les plus forts poussent les plus fatigués, l'entraide se fait. L'après-midi s'achève avec un détour par la cave du baillis où nous dégustons un crémant délicieux. La descente pour retrouver nos voitures s'effectue un peu bizarrement : 5 patineurs accrochés comme ils ont pu à un carrosse blanc. C'est donc dans une gaité égrillarde que  nous quittâmes nos amis Auxerrois avec pour projet de nous retrouver aux 24h du Mans.